top of page
  • Photo du rédacteurBaptiste Henriot

Travestissement polaire - Où l'on fait la connaissance d'un marin courageux !


" J'aurai, à défaut d'autre, le mérite de l'originalité, étant la seule femme qui ait jamais entrepris un semblable voyage. " Léonie d'Aunet



1863, Paris. Le peintre François-Auguste Biard achève une impressionnante peinture. Il vient de décorer l’intégralité du vestibule de la Galerie de Minéralogie et de Géologie de Paris. Sur les murs, on découvre une expédition française près du pôle Nord, peinte avec une grande précision. On s’y croirait ! Et pour cause, Biard faisait lui-même partie du voyage. Le peintre était d’ailleurs bien accompagné …


François-Auguste Biard, vestibule de la galerie de Minéralogie et de Géologie, Paris



En effet, si l’on regarde attentivement au milieu des scènes de chasse aux morses et de scientifiques au travail, un personnage sort un peu du lot. Ce marin qui caresse un chien est en réalité … une femme ! Voici Léonie d’Aunet, la jeune compagne du peintre. À l’époque, les femmes sont pourtant interdites dans ce genre d’expédition. Comment est-elle arrivée là ?


François-Auguste Biard, détail du vestibule de la galerie de Minéralogie et de Géologie, Léonie caressant un chien, Paris



Revenons au moment de l’expédition, vingt-quatre ans plus tôt. Des géologues, botanistes et autres scientifiques embarquent pour l’archipel du Svalbard, entre la Norvège et le pôle Nord. C’est la première expédition scientifique à y aller, il est donc indispensable qu’un peintre vienne immortaliser cet événement ! Décidée à suivre son compagnon, Léonie d’Aunet n’a pas d’autre choix que de se travestir (ce qui est alors puni par la loi).


François-Auguste Biard, détail du vestibule de la galerie de Minéralogie et de Géologie, chasse aux morses, Paris



Dissimulant sa féminité sous des habits masculins, elle parvient avec la complicité du capitaine à tromper l’équipage pendant un temps.


Grâce à ce subterfuge et à son courage, elle est en 1839 la première femme occidentale à atteindre ces terres polaires. Et c’est en souvenir de cet exploit que son compagnon d’alors lui rend hommage en la peignant au milieu de l’expédition, à la vue de tous. Quoique … Son travestissement est si réussi que bien peu de visiteurs parviennent à la démasquer !




Article publié par Artips en 2017

Σχόλια


bottom of page